PhonAndroid Test LG gram : un poids plume chez les ultrabooks 16 pouces

Category:
Icon 0
Icon Jun 17, 2022
Sommaire

Seulement 1,19 kg sur la balance pour un véritable ordinateur portable équipé d’un écran de 16 pouces de diagonale : on sent dès la première lecture de sa fiche technique que le gram (sans majuscule s’il vous plait) de LG porte bien son nom. Débarqué récemment sur le marché des ultra-portables et basé sur une plateforme Intel EVO, ce notebook possède a priori tout pour séduire. Voyons tout de suite si c’est le cas en pratique.

Le constructeur présente son gram comme un modèle d’ordinateur portable conçu pour travailler en mobilité, avec son faible poids et ses dimensions raisonnables comme principaux arguments. Il repose sur une plateforme Intel avec un processeur Core i5 de onzième génération, 16 Go de mémoire vive, un stockage à la norme M.2 NVMe et un écran IPS de 16 pouces. Pas de GPU dédié en revanche, le LG gram utilise la partie graphique Iris Xe intégrée au CPU.

Sur le papier, on a donc affaire à un modèle clairement orienté bureautique, destiné au travail nomade ou au télétravail, léger et compact malgré la taille de son écran, le tout avec un design très sobre. LG aurait-il trouvé le parfait équilibre entre productivité et encombrement, permettant à se gram de se faire une place parmi notre sélection des meilleurs ultrabooks du marché ?

Prix et disponibilité

Le gram est un ordinateur portable disponible en versions équipées d’un écran de 14 pouces, 16 pouces ou 17 pouces, avec de nombreuses variantes au niveau des composants intégrés (modèle de processeur, capacité de stockage, quantité de mémoire vive intégrée…) et du système d’exploitation pré-installé (Windows 11 Home ou Pro). La version 16 pouces qui nous intéresse aujourd’hui est équipée d’un processeur Core i7-1165G7, de 16 Go de mémoire vive LPDDR4x soudée à la carte mère et d’un SSD de 512 Go au format M.2 NVMe, le tout fonctionnant sous Windows 11 Home. Ce gram 16Z90P – c’est son petit nom – est affiché à 1700 euros en prix public conseillé, mais il est actuellement commercialisé à 1445 euros sur le site même de LG ou chez d’autres commerçants. Les autres variantes du LG gram 16 pouces sont proposées à des tarifs conseillés compris entre 1500 et 1800 euros (mais actuellement affichés entre 1275 et 1530 euros).

Le gram en version 14 pouces est de son côté commercialisé à partir de 1360 euros, tandis qu’il faudra mettre au minimum 1550 euros sur la table (hors promotions) pour acquérir la version la plus abordable du gram 17 pouces. Côté processeur, on trouve sur les modèles les plus abordables un Core i5-1135G7 à la place du Core i7-1165G7. La quantité de mémoire vive embarquée, soudée à la carte mère et donc non extensible, atteint selon le cas 8 Go, 16 go ou 32 Go de LPDDR4x. Le stockage pourra enfin atteindre 1 To, toujours en M.2 NVMe, mais uniquement sur le gram 17 pouces.

Unboxing et design

A l’ouverture du carton, entièrement noir hormis le mot “gram” et au design aussi sobre que le notebook lui-même, on découvre le gram bien entendu, ainsi que l’indispensable adaptateur secteur au format USB Type-C d’une puissance de 65 watts. On trouve également un revêtement en silicone destiné à recouvrir le clavier et le protéger des poussières et des projections de liquide, tout en assouplissant la frappe.

Les bords de l’écran de 16 pouces sont relativement fins, ce qui permet au gram d’afficher des dimensions très réduites : 356 x 243 mm, pour une épaisseur de seulement 16,8 mm. Le châssis en alliage de magnésium (certifié MIL-STD-810G) offre une excellente résistance aux chocs et aux vibrations tout en conservant un poids très raisonnable. L’ensemble semble effectivement résistant, mais on notera tout de même une certaine flexibilité à certains endroits, comme la coque à l’arrière de l’écran ou l’emplacement du clavier. On veillera donc à se montrer prudent à l’utilisation, afin de ne pas endommager la dalle ou les composants à l’intérieur du notebook en appuyant un peu trop fort à ces emplacements.

Les différentes parties de la coque profitent d’un revêtement mat, qui a une légère tendance à garder les traces de doigts. L’arrière de l’écran est aussi sobre que le reste, avec seulement le nom de l’ordinateur portable en gris au milieu. Bien entendu, point de RGB ici ; le gram ne s’adresse clairement pas au marché gaming. Au final, le design assez minimaliste de ce gram est plutôt réussi et propre, et la qualité de l’assemblage et des finitions ne souffre d’aucun défaut.

Ecran

LG utilise sur son gram 16 pouces une dalle IPS (LGD0694 / LP160WQ1-SPA1) fabriquée dans ses propres usines et capable d’afficher une définition WQXGA, soit 2560 x 1600 pixels. Ce format 16:10, un peu plus haut que le QHD classique, offrira un bon confort d’utilisation dans les tâches bureautiques ou la retouche photo.

Côté caractéristiques techniques, le constructeur annonce une luminosité maximale de 300 cd/m² et une couverture à 99% du gamut DCI-P3. Nous avons réalisé nos propres mesures grâce à notre sonde colorimétrique DataColor Spyder 5 Elite : la luminosité culmine à 340 cd/m² pour un taux de contraste atteignant 1010:1. Ce sera suffisant pour pouvoir travailler en extérieur, même si la dalle brillante est sans surprise sujette aux reflets.

PhonAndroid Test LG gram : un poids plume chez les ultrabooks 16 pouces

Le gamut atteint 100% de l’espace colorimétrique sRVB, 90% d’AdobeRVB et 98 de l’espace DCI-P3, ce qui est conforme à ce qu’annonce LG. Le DeltaE moyen atteint 2.46 pour un maximum mesuré à 4.33, ce qui nous indique une bonne calibration d’usine. Le point blanc atteint toutefois 7600°K, une valeur trop élevée à notre goût et qu’il faudra peut-être régler, même si globalement l’écran reste agréable à utiliser.

Clavier et pavé tactile

Le clavier du gram bénéficie d’un rétroéclairage basique, avec trois niveaux de luminosité possibles mais sans possibilité de changer la couleur. Il est assez agréable à l’usage, même si légèrement bruyant, avec de larges touches (sauf les touches de fonctions, d’une taille plus réduite) et la présence d’un pavé numérique rendue possible par les dimensions suffisantes du châssis. La touche Power en haut à droite, plus enfoncée que les autres, cache quant à elle un lecteur d’empreintes digitales.

Le gram 16 de LG bénéficie d’un pavé tactile de grande taille (131 x 83 mm), avec de larges repose-poignets sur les côtés. Tout comme le clavier, le pavé tactile est très légèrement bruyant sans non plus que ce soit gênant outre mesure : il reste agréable à l’usage.

Connectique et connectivité

Malgré sa faible épaisseur, le gram propose une connectique relativement fournie. On trouve ainsi d’un côté une sortie HDMI, deux connecteur USB 3.2 Gen2 (également compatibles PowerDelivery et Thunderbolt 4) et une prise audio 4 pôles.

De l’autre côté, on note la présence de deux ports USB 3.2 Type-A et d’un lecteur de cartes mémoires au format microSD, ainsi que d’une encoche Kensington. Pas de port Ethernet en revanche, ce qui s’explique en partie par la finesse du notebook et par l’orientation “travail en mobilité” du produit, privilégiant de fait le WiFi sur l’Ethernet filaire. LG a également fait le choix appréciable de ne pas ajouter de connecteur d’alimentation “classique” mais plutôt de passer obligatoirement par l’un des deux ports compatibles PowerDelivery pour recharger le gram. L’alimentation de 65W fournie est bien entendu adaptée et dotée d’un port USB Type-C.

Webcam et son

La présence d’une webcam sur le gram est tout à fait logique : elle sera particulièrement utile en ces temps de télétravail. Hélas, celle-ci n’est pas compatible avec Windows Hello. De plus, elle est limitée au HD (720p) et offre une qualité d’image standard, sans plus. Elle sera juste suffisante pour les indispensables réunions en visioconférence.

La partie audio est confiée à deux petits haut-parleurs de 2W, placés sous les repose-poignets, ce qui aura tendance à étouffer légèrement le son. LG met en avant sa technologie DTS:X Ultra et le rendu 3D “immersif” que propose le gram, mais forcé est de constater qu’on ne peut pas faire de miracle avec de tels haut-parleurs : la qualité audio globale est similaire aux modèles ultra-fins concurrents, avec en particulier des graves aux abonnés absents et un manque de profondeur. On excusera toutefois probablement ces petits défauts de la partie audio compte tenu du marché visé par cet ultra-portable.

Environnement

Le gram est bien entendu livré avec Windows 11, l’ensemble du matériel étant (fort heureusement) compatibles avec cette nouvelle version du système d’exploitation de Microsoft. Même si on est bien loin de la pléthore de logiciels parfois installés sur les modèles gaming, LG inclus tout de même quelques petits programmes dans son gram.

On trouve par exemple le LG Control Center qui regroupe de nombreux paramètres système à un seul endroit, mais qui permet également de gérer l’alimentation, la température de couleur ou encore le mode de refroidissement (et donc les nuisances sonores et les performances). De manière assez amusante, les réglages du mode de refroidissement sont réinitialisés à chaque redémarrage. Parmi les autres logiciels préinstallés, citons Virtoo qui permet de contrôler son smartphone (Android ou iOS) depuis sont ordinateur, ou encore un programme dédié aux mises à jours logicielles, pilotes compris.

Hardware

Une fois les huit vis retirées, certaines étant cachées par les patins antidérapants, on accède aux entrailles de la bête et on découvre beaucoup de… vide. La carte mère est composée de deux parties reliées par une nappe souple, mais la taille globale est extrêmement compacte et n’occupe globalement qu’un quart de l’espace disponible (hors ventirad). La majeure partie de l’espace disponible est occupée par la batterie de 80 Wh.

Le système de refroidissement, lui aussi très compact, n’est composé que d’un radiateur, un ventilateur et un unique caloduc. Spoiler : c’est pourtant suffisant pour dissiper efficacement la chaleur dégagée par le Core i7-1165G7 et l’Iris Xe Graphics intégré, le tout de façon étonnement silencieuse. L’ensemble est plutôt bien agencé, mais la tâche est forcément plus facile quand il y a beaucoup d’espace de disponible.

De part et d’autre de la batterie, on trouve les deux petits haut-parleurs de 2W. Deux emplacements M.2 NVMe représentent la seule possibilité d’évolution du gram, les 16 Go de mémoire vive LPDDR4x-4166 étant soudée à la carte mère. Un des deux slot étant déjà occupé par le SSD Hynix de 512 Go, il ne reste donc plus qu’un slot pour éventuellement étendre la capacité de stockage de ce notebook. La connectivité WiFi et Bluetooth est enfin confiée à un contrôleur Intel AX201 offrant une compatibilité WiFi 6 et BT 5.1.

Performances

Sur le papier, le Core i7-1165G7 devrait se montrer à la hauteur de n’importe quelle tâche bureautique ou multimédia. Inutile en revanche de demander à la partie graphique de faire tourner les jeux AAA les plus récents en QHD avec les réglages graphique poussés au maximum : nous savons déjà, avant même de lancer les benchs, qu’elle n’en est pas capable. Tout au plus vous sera-t-il possible de faire tourner quelques jeux peu gourmands en ressources GPU, voire un petit Overwatch en réduisant drastiquement les réglages graphiques.

PCMark 10 offre une vision d’ensemble des performances du notebook dans des tâches bureautiques. Ce benchmark fait principalement appel au processeur, mais l’iGP pourra également être mis à profit lors des tests OpenCL. Le score PCMark varie suivant la gestion du refroidissement choisi : de 4658 points en mode Silencieux à 4943 points en mode Performances, avec une valeur intermédiaire de 4879 points en mode Optimal. On reste bien entendu bien loin du score réalisé par l’Alpha 15 Advantage Edition dont le couple Ryzen 7 5800H et RX 6600M culmine à 7299 points en mode Performances, mais une fois encore ce n’est pas le même marché. Dans l’absolu, le score PCMark reste convenable pour un ultra-book, confirmant l’excellente réactivité du système en utilisation bureautique.

Nuisances sonores et autonomie

On aurait pu craindre que l’utilisation d’un unique ventilateur force celui-ci à fonctionner continuellement au maximum de ses capacités pour dissiper la chaleur dégagée par le Core i7-1165G7, et donc à être bruyant, mais il n’en est rien. En mode Silencieux, la consommation du processeur est limitée à 12W (limite PL1) et les nuisances sonores n’atteignent que 30,8 dB(A) ce qui est presque inaudible en environnement normal. En mode Optimal, avec une limite de consommation CPU (PL1) poussée à 25W, les nuisances grimpent à 31,2 dB(A), ce qui reste très silencieux. L’efficacité du système de refroidissement est un peu meilleure dans ce mode puisque l’ont passe d’une température CPU maximale (en pleine session de The Witcher 3) de 84°C en mode Silencieux à 81°C en mode Optimal, avec des performances supérieures.

Enfin, le mode Performances permet de pousser encore un peu la limite PL1 de consommation du CPU à 28W (soit le TDP nominal du Core i7-1165G7) et n’est qu’à peine plus bruyant, avec des nuisances sonores mesurées à seulement 32,7 dB(A). Le processeur grimpe alors à 93°C dans les mêmes conditions, et commence à throttler, c’est à dire à réduire momentanément la fréquence de certains de ses coeurs. Le mode Optimal porte donc bien particulièrement son nom puisqu’il permet au processeur de s’exprimer convenablement, avec certes des performances légèrement inférieures au mode Performances mais avec en contrepartie des températures plus raisonnables et toujours le même silence de fonctionnement.

L’autonomie du gram est enfin particulièrement bonne, mais la faible consommation du processeur et le peu de composants intégrés aurait pu déjà nous mettre la puce à l’oreille. En mode Optimal, la batterie de 80 Wh passe de 100% de charge à 20% en 10h44 dans le test Batterie de PCMark, ce qui donne une estimation de l’autonomie maximale réelle de plus de 13 heures ! Autant dire que le pari de LG est réussi : le gram est un ultrabook compact et léger, performant en bureautique et avec une autonomie très intéressante.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *